Oichili : Un après match tragique

Le derby de Oichili du groupe (A), comptant pour la 10e journée du championnat (D2), avait opposé le 13 décembre dernier, le Football Club de Mlawuni d’Itsinkudi à Fc77 de Mtsamdu. Dans le fair-play, les deux équipes se séparent avec un score de parité (2-2). Hélas, après le match, le climat s’est dangereusement dégénéré hors du stade. On déplore des dégâts matériels sérieux et des blessés. La Ligue n’a pas croisé les bras.

Sans tarder, la Ligue de Ngazidja a condamné ce qu’elle qualifie de « d’actes de barbarie et ignobles ». Elle promet également de prendre des sanctions disciplinaires et pénales à l’encontre des auteurs. Cet événement tragique et douloureux, perpétrés après le match et hors du terrain est attribué aux supporteurs du Football club de Mlawuni d’Itsinkudi. Déçus probablement par le résultat (2-2), ils se sont montrés hostiles et agressifs envers les visiteurs. Le communiqué de la Ligue de Ngazidja fait état de jets des pierres, des voitures incendiées, des maisons saccagées, des blessés, etc. L’instance du football régional dénonce vigoureusement le climat de terreur, causé par les locaux après le match.

Abega Said Bacar est l’entraîneur de Fc77 de Mtsamdu, la victime de l’antipathie des supporteurs des locaux. Il dénonce ce qu’il qualifie « d’agression quasi préméditée ». Il enchaine : « Notre adversaire, Fc Mlawuni, a abordé le derby avec excès de confiance. Premier du groupe (A), il croyait dominer aisément la partie. Ce score de parité (2-2) l’a surpris et, a enragé ses supporteurs. Vous connaissez la suite. Elle est douloureuse et regrettable : dégénérescence, voitures flambant neuves détruites, maisons saccagées par eux mêmes pour nous accuser gratuitement, dégâts humains, et j’en passe ».

Les instances du sport en général, et la Ligue de Ngazidja en particulier sont soucieuses et solidaires pour la promotion de la paix et le fair-play. « Nous refusons de voir s’imposer le règne de la violence et de la terreur dans nos stades », avertit Kayssane Hassan, président de la Ligue. Sachant par essence que l’essor du sport et de la fraternité est l’affaire de tout le monde, le communiqué de la Ligue fait appel à toute bonne volonté pour l’intérêt de la discipline. Kayssane précise « La Ligue appelle les autorités compétentes, chefs de village, Maires, Préfets, et la gendarmerie nationale à s’impliquer et prendre des sanctions à l’encontre des auteurs de ses actes d’un autre âge afin de préserver l’image du sport, et du football ».

Mais, en un moment donné, Fc77 de Mtsamdu n’a pas résisté. Ses sociétaires ont réagi, notamment par les jets de pierres. Les sanctions seront prononcées contre qui exactement ? Un analyste sportif neutre se montre explicite : « Je pense que Fc Mlawuni et Fc77 ont une part de responsabilité dans ces accrochages physiques. Il convient donc de déterminer les degrés de responsabilité des uns et des autres. Trop c’est trop ». Même à huit-clos, le spectre de la violence sème toujours la zizanie.

Retour en haut